Swipe to the left

L’humain au coeur de l’intelligence artificielle : ce que veut l’Union Européenne

L’humain au coeur de l’intelligence artificielle : ce que veut l’Union Européenne
Par Imédia 360° Il y a 9 mois 256 Vue(s) 0 commentaire

L’Union Européenne a publié ce lundi 8 avril 2019, 7 points afin de rendre l’intelligence artificielle plus digne de confiance.

Un groupe d’experts indépendants, désignés en juin 2018, ont émis leurs exigences en matière d’éthique et d’intelligence artificielle. Ces dernières étant destinées à éviter toute dérive des systèmes d’intelligence artificielle.


Pourquoi maintenant ?

Dans une société où les avancées technologiques en matière d’IA sont très rapides, l’Union Européenne a pensé judicieux de réglementer davantage ce milieu, pouvant dépasser les limites de l’ ”éthiquement correct” comme la série Westworld nous l’illustre bien.

Pour augmenter les investissements publics et privés afin qu’ils atteignent 20 milliards d’euros par an sur la période de 2020 à 2030, l’Union Européenne a décidée de mettre les bouchées doubles.

Quels sont ces points?

  • L’IA ne devra pas restreindre l'autonomie humaine, et sera dans l'obligation de respecter ses droits fondamentaux.
  • L’IA devra être digne de confiance et être construite grâce à des algorithmes sûrs, fiables et solides afin de contrer toute faille.
  • L’humain doit garder la maîtrise totale de ses données personnelles et sa vie privée devra être respectée.
  • L’IA se doit transparente, toute traçabilité pourra être assurée.
  • L’accessibilité à un éventail humain de capacités, besoins et aptitudes devra être garantie.
  • L’IA devra permettre de renforcer la durabilité et responsabilité écologique, et devrait être utilisée pour des actions positives.
  • L’IA aura l’obligation de soumettre des comptes dans une optique de responsabilisation.

Et après ?

Une phase pilote s’ouvrira d’ici cet été afin d’avoir des retours des divers partenaires. L’objectif est par la suite de créer un consensus international avec le G7, G20 et des pays puissants tels que le Japon, Singapour ou le Canada.

Pour en savoir plus sur notre plateforme intelligente Digypilot, cliquez-ici


Source : https://ec.europa.eu/commission/news/artificial-intelligence-2019-apr-08_fr